Présentation

La Forêt de Luhan est un lieu de vie collectif expérimental où se cultivent la terre et les liens.
Le diagnostic est connu du désastre climatique, de l’atomisation des sociétés, de la concentration effrénée des richesses et des pouvoirs etc. La Forêt de Luhan est une tentative concrète, une utopie réaliste, qui à partir du faire ensemble démontre notre capacité collective à l’autonomie, à la résilience et par là à une vie plus ancrée, partie prenante de son environnement, porteuse de sens.
Notre Ecolieu accueille diverses activités, telles que la création collective et participative d’un jardin-forêt nourricier avec récolte en auto-cueillette, une petite épicerie collaborative de vrac et de frais, tables d’hôtes avec produits du jardin, chantiers d’auto-éco-construction, ateliers d’autonomie, partage de savoirs et de savoirs faire, formations, des projets de sensibilisation / réflexion avec différents groupes. … Notre philosophie est au travers de ces activités de participer à consolider une communauté villageoise solidaire, résiliente, capable et responsable.

Le projet

Luhan, c’est un coin de nature qui nous a conquis, sur la commune d’Aywaille, pour y installer un projet collectif sur 3 hectares : la Forêt de Luhan.

Convaincus de la nécessité de recréer une vie plus solidaire, la Forêt de Luhan est un projet collectif auto-géré qui vise la création d’alternatives au capitalisme et à l’individualisme, en encourageant des dynamiques d’échanges et de solidarités autour de projets collectifs : création d’un jardin-forêt nourricier, épicerie collaborative, tables d’hôtes de sensibilisation à une alimentation respectueuse du vivant, chantiers participatifs, ateliers, échanges de savoirs et savoirs-faire, événements culturels, organisation de débats,… Bientôt, de nouvelles infrastructures permettront de renforcer ces dimensions d’accueil et de regrouper des outils mutualisés favorables à nos autonomies (cuisine, salles polyvalente, hébergement, école dans la forêt, accueil de migrants, lieu de vie pour personne moins autonome, …)

La Forêt de Luhan est une alternative de par :

    • sa dimension collective : un projet porté par une vingtaine de bénévoles réguliers. Une complémentarité de regards, d’approches, de compétences, de disciplines.
    • son projet agro-écologique : la création d’un jardin-forêt nourricier d’approche permacole qui voit pousser tout au long de l’année des fruits et légumes diversifiés cultivés avec amour, sur sol vivant, sans intrants chimiques, dans l’observation et l’expérimentation. Un circuit court entre producteurs et mangeurs – qui sont aussi aidants – encourageant la solidarité, le prix juste, le respect du vivant, l’autonomie des citoyens.
    • sa structure juridique : une fondation et une aisbl, garante de la pérennité du projet agro-écologique indépendamment des bénévoles actuels. Une propriété collective, dans l’esprit des biens communs, garantissant que la terre reste disponible à ceux qui en prennent soin.
    • son approche transversale : des allers-retours permanents entre pensée et action. Une circularité au service de l’expérimentation collective. Poser des actes cohérents avec nos valeurs.
    • son ouverture : Une posture d’accueil et d’ouverture. Une envie de rencontres et d’échanges, une curiosité face à la diversité.

Petite vidéo de présentation du projet dans son ensemble (2019):

Dans un second temps, la potentielle acquisition d’une parcelle supplémentaire nous permettra de renforcer la dimension d’accueil et d’ouverture avec la construction de salles polyvalentes, de lieux de vie collectifs, et de gîte à la ferme.

Et, qui sait, au bout du rêve, l’accueil d’une école dans la Forêt et d’un lieu de vie positif pour personnes moins autonomes ?

 

 

Qui sommes-nous ?

Un collectif auto-géré

Derrière ces projets, l’énergie de sept personnes aux parcours et sensibilités variées et complémentaires, rassemblée par les idéaux de leur tête et de leur cœur, mais une énergie bien ancrée et enracinée.

Cinq ans après la première rencontre (en 2016) autour de la volonté commune de « revivre ensemble » autour d’un projet collectif d’autonomie alimentaire, culturelle, politique et financière, ouvert sur le monde, le chemin parcouru est déjà riche d’expériences et réalisations.

Entre démarches administratives et juridiques (charte, statut de fondation et d’aisbl), un premier projet éphémère est né de ce groupe, et a été reçu avec enthousiasme: la Biocantine à l’Espace7 à Liège. L’expérience du vivre ensemble et de construction de groupe est, elle aussi, expérimentée via la collocation, les weekends de travail, les supervisions externes, les formations et rencontres d’expériences similaires.

Depuis le printemps 2019, le maraîchage tourne à plein régime et de nombreuses activités et formations sont organisées à la Forêt de Luhan. Nous y défendons des valeurs de solidarité, de coopération et de respect de l’environnement ; il s’agit de partager un mode de vie plus simple, plus sain, plus essentiel, dans une émulation mutuelle, porteuse de dynamiques positives et transformatrices.

 

Une structure juridique : aisbl – fondation

La forêt de Luhan est un projet avec deux structures juridiques :

    1. d’une part  » l’aisbl Yggdrasil – communauté à cultiver « : plateforme d’éducation permanente qui a pour but d’encourager des dynamiques de solidarités autour d’enjeux de souveraineté, alimentaire, culturelle, politique.
    1. D’autre part une fondation « Forêt de Luhan » , qui a pour objectif de pérenniser et sortir de la spéculation un lieu, pour y faire vivre un projet agricole participatif, communautaire, solidaire,​ ​écologique​ et nourricier ​dans​ ​un​ ​esprit​ ​non​ ​lucratif et dans un esprit d’éducation permanente. L’intérêt économique poursuivi ici n’est pas la recherche de profit financier mais plutôt la création d’une fondation autonome financièrement. Nous souhaitons en effet éviter la propriété individuelle, dans l’idée que la terre appartient à ceux qui la cultivent avec amour et respect. Nous cherchons donc à financer collectivement cette terre qui servira à nourrir la collectivité : les membres du projet et leur famille, les habitants de la commune, les gens accueillis, les visiteurs, …