Contruction de la Tiny House

La Forêt de Luhan accueille au cours de l’année 2020-2021 une série de chantiers participatifs visant à la construction d’une tiny house!

La tiny est construite directement sur notre terrain, et déménagera au printemps 2021 vers son emplacement définif, à la Ferme du Mafa à Manhay.

Comme nous n’avons pas de hangar suffisamment grand pour accueillir le chantier, le design de la tiny est pensé pour être protégé de la pluie aussi rapidement que possible: les murs sont pré-assemblés, montés et protégés à l’aide de pare-pluie.

Cette page est complétée au fur et à mesure de la construction. Les plans sketch-up sont disponibles et nous proposerons également un récapitulatif de tous les matériaux ainsi que leur prix à la fin du chantier.

Les grandes étapes de la construction sont détaillées ci-dessous:

Pour plus d’information sur la construction ou sur les chantiers, vous pouvez laisser un commentaire à la fin de cette page ou nous contacter directement par e-mail: sylvain@foretdeluhan.be

Les plans

Les plans de la tiny sont réalisés à l’aide de Sketch-Up 2019. Ils peuvent être téléchargés ici (version du 18 octobre 2020).

Lors des chantiers, les plans cotés des éléments sur lesquels on travaille sont imprimés et envoyés chaque jour à tous les participants afin que chacun comprenne la structure et puisse être autonome.

La structure sol (septembre 2020)

La structure sol est assemblée directement sur le chassis de la tiny. On utilise des sections de 40×120 mm, ce qui nous permet d’avoir une épaisseur d’isolant suffisante (12cm) sans ajouter trop de poids à la construction.

Première étape: assembler le cadre extérieur de 6×2.44m. On se sert de la structure du chassis pour être précis et on serre-jointe bien le tout. Pour les deux longueurs de 6 m, comme nos chevrons ne font que 5 m, on coupe en diagonale, on assemble bout-à-bout et on visse le tout avec 7-8 vis de 10cm.

Deuxième étape: on visse les solives à l’intérieur du cadre en suivant la structure du chassis en dessous pour s’assurer d’une bonne résistance et pour pouvoir installer facilement les cavaliers de fixation.

Troisième étape: on installe le pare-pluie sur le haut du cadre en laissant dépasser d’une dizaine de cm. On colmate bien le tout avec du tape pour assurer l’étanchéité.

Quatrième étape: On visse les plaque d’aluminium perforé (2m sur 1m) et on les visse à travers le pare-pluie dans la structure en bois. Attention d’utiliser des vis avec un joint en epdm pour éviter la corrosion galvanique entre la vis et l’alu! On laisse dépasser les feuilles d’aluminium de 4cm de chaque côté pour qu’elles servent de grille anti-rongeurs une fois que le bardage bois sera installé.

On retourne et on fixe la structure sol

Une fois que toutes les plaques d’alu sont bien fixées, on enlève la structure du chassis, on met ce dernier bien à niveau sur des plots, on retourne toute la structure solr pour que l’alu se retrouve en dessous et on replace le tout sur le chassis. Pour être sûr d’éviter la corrosion galvanique entre le glava du chassis et les plaques d’alu, on découpe des bandelettes d’epdm qu’on colsonne sur toutes les horizontales du chassis.

A l’aide de tiges filetées et de cavaliers, on solidarise la structure en bois avec le chassis. Il faut pré-forer proprement à travers le pare-pluie et les feuille d’alu! Ne pas oublier non plus de rainurer les solives à l’endroit du cavalier pour éviter qu’il ne dépasse. On ré-étanchéifie bien chaque tige filetée à l’aide du tape pour pare-pluie.

Les évacuations d’eau sont percées de la même manière et fixées à l’aide de feuillard.

L’isolation du plancher.

L’isolant sélectionné est de la laine de bois. On a préféré choisir deux épaisseurs de 6 cm plutôt qu’une seule épaisseur de 12 cm, ce qui nous facilitera le vie plus tard pour le passage des fils électriques et des canalisations.

On remplit les travées de laine de bois, en décalant les coupures pour éviter les ponts thermiques. On ajoute ensuite le pare vapeur pour éviter la condensation dans l’isolant et on visse des plaques de multiplex 22 mm sur le tout. On a préféré le multiplex à l’OSB en raison de sa meilleur résistance et de la taille de plaque (125x250cm) qui correspond bien à la taille du plancher et évite d’avoir trop de chutes.

Attention! Il faut recouper les plaques de quelques cm pour que la jonction se situe juste au milieu d’une solive afin d’assurer la rigidité du plancher.

Les murs

Les murs sont montés directement sur le plancher, ce qui facilite grandement les prises mesures et garantit des angles droits: on fixe d’abord la lisse basse du mur sur un des cotés de la tiny à l’aide de serre-joints, puis on dispose et on visse les deux montant latéraux, la lisse hautes, puis tous les montants intérieurs et les entretoises.

Pour être sûrs que les angles restent droits lors du déplacement du mur, on visse des diagonales de feuillard sur la face externe de chaque mur. Le feuillard permet également de contreventer chaque paroi et nous évite de devoir visser des panneaux sur les faces extenes, ce qui aurait trop augmenté la mass totale de la tiny (limitées à 3.5 tonnes).

Une fois que chaque mur est assemblé, on préfore et on prépare les vis qui terminent d’assembler chaque paroi. C’est une étape qui n’est pas longue mais pour laquelle il vaut mieux avoir quelques amis sous la main pour soutenir la structure!

La structure du toit

Pour faciliter le montage des chevrons du toit, ceux-ci sont préalablement assemblés en rectangles (2 chevrons + deux entretoises) qui sont montés et vissés sur les lisses hautes.

Une fois que tous les chevrons sont fixés, on contrevente le toit à l’aide de feuillards vissés avec un angle d’environ 45°.

On emballe le tout

Jusqu’ici, notre plus grand stress était lié à la pluie: pas question qu’il pleuve sur le plancher, ni même sur la structure.

L’emballage total de la structure à l’aide du pare-pluie nous soulage d’un poids! La tiny est maintenant hors eau et peut supporter les intempéries sans broncher, pendant qu’on continue à travailler à l’intérieur.

On commence à installer le pare pluie par le bas en tournant autour de la structure. Il faut veiller à ce que ce dernier soit bien tendu car c’est lui qui retiendra l’isolation des murs. La jonction entre le pare-pluie du toit et celui des murs et ce qui prend le plus de temps (et consomme aussi pas mal de tape).

Les lattes sont clouées à la cloueuse sur chaque montant et permettent de bien retenir le pare-pluie, même cas de vent fort.

Passage des techniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *