Le Jardin-Forêt

Depuis l’automne 2020, nous travaillons à la mise en place d’un jardin-forêt sur le site. Voici les principales étapes de sa création:

Le déplacement des serres

Une des contraintes principales à Luhan est l’exposition aux vents dominants (sud-ouest). Les serres en ont amplement souffert et ce fut une des raisons de leur déplacement en contre-bas, où elles sont mieux abritées par la haie de noisetier

Une autre raison est d’ordre esthétique ; elles étaient situées sur la zone d’accueil du public qui sera aménagée l’année prochaine. Nous avons préféré qu’elles soient moins visibles, en partie dissimulées par des haies végétales.

L’implantation de la haie brise-vent

Le long de la clôture, au sud du terrain, sur près de 250m de long, en deux rangs. Pour se faire subsidier par la région wallonne, il nous fallait respecter leurs contraintes, à savoir :

  • Choisir les variétés dans leurs liste.
  • Respecter une distance de maximum 70 cm entre chaque plants.
  • Respecter une distance de maximum 1,5m entre les deux rangs.
  • Si nous voulions planter des fruitiers haute-tige dans la haie (et donc l’interrompre), la longueur des tronçons de haie ne pouvait être inférieur à 20m.

Côté sud, le long de la clôture, nous avons planté un rang de petits fruits (cassis, groseilles, framboises), en veillant à laisser une chemin confortable devant la clôture pour les récoltes.

Derrière ce premier rang, à 1,5m, un rang de feuillus principalement, qu’il nous faudra tailler, ce qui augmentera l’apport de matière organique sur site. Voici le liste :

  • érable champêtre
  • charme commun
  • aubépine
  • être commun
  • troène
  • aulne glutineux
  • noisetier
  • églantier
  • bourdaine
  • saule marsault
  • érable sycomore
  • saule des vanniers
  • tilleul à petites feuilles
  • cornouiller sanguin
  • charme commun
  • néflier
  • pommier sauvage

L’implantation de la forêt

Le nom « Forêt de Luhan » déclare d’emblée cette volonté de vivre et cultiver « au lilue des arbres ». L’agroforesterie se réduit souvent à des plantations d’arbres en lignes, entrecoupées de bande de culture (souvent céréalière). Nous avons voulu développer le côté « organique » de la forêt, tout en maintenant le côté « productif » des cultures maraîchère.

Les premières cultures de l’humanité sédentarisée ont eu lieu dans des clairières forestières. Petit-à-petit, celles-ci se sont étendues jusqu’aux déserts agricoles que nous connaissons aujourd’hui et dont la Hesbaye reste un contre-exemple remarquable. A cet égard, n’est-il pas ironique que la politique agricole du « remembrement » des années ‘70, qui visait à rassembler de petits espaces de culture séparés le plus souvent par des haies, aboutissent aujourd’hui aux subsides publics pour replanter ces haies arrachées 50 ans plus tôt…

Cultiver au milieu des arbres est plus qu’un choix idéologique, c’est aussi un choix raisonné et pragmatique ; il n’est en effet plus à démontrer que la proximité symbiotique des arbres diversifiés agit sur la protection et la qualités des légumes/fruits (le réseaux mycorhiziens n’ayant d’autre limite que celle de la déforestation).

Dans une démarche de productivité maraîchère, il est des contraintes qu’il vaut mieux respecter. Comme la plupart des maraîchers en « culture intensive », nous avons fait le choix des planches de culture de 80cm de large (dont Jean-Martin Fortier reste le fer-de-lance). Leur rentabilité est optimale dans une orientation nord-sud. En terme de longueur, nous les avons alignées sur la longueur des serres (30m) pour des des raisons pragmatiques quant à la réutilisation des voiles protecteurs ainsi qu’aux calculs de planification des cultures.

A notre arrivée sur le site, nous avons aligné les planches de culture perpendiculairement à la légère pente est-ouest. Sauf que l’orientation nord-sud des planches n’est pas parfaite ; elles doivent pivoter de quelques degrés vers la gauche. Mais, comme les cultures de cet hiver sont toujurs en place, ce déplacement n’aura lieu qu’au printemps prochain (excepté pour les serres qui ont évidement été orientées parfaitement).

Selon les standard de l’agroforesterie, la distance minimale de culture en plein champs ente deux zones boisées est de 25m. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de définir 5 « plaques » de culture maraîchère de 25m de large sur 30m de long, séparées par des zones de « forêt ». Le visiteur pourra donc déambuler d’une « clairière » à l’autre en passant par des zones arborées (de l’ombre à la lumière…). Si nous voulions respecter un équilibre entre zones cultivées et zones arborées, il s’agissait d’augmenter la surface totale cultivée pour passer de 5000m² à 10000m². Voilà pourquoi nous ouvert une nouvelle parcelle de prairies que l’on cultivera dès le printemps, mais qui accueille déjà les premiers arbres. Sur l’ensemble du site, nous avons planté 3000m² d’arbres et arbustes, dont 30 haute-tiges subsidiés par la région wallonne, auquel s’ajoute les 5000m² de maraîchage. Reste 2000 m² à planter dans les prochaines années…

Nous avons choisi des variétés fruitières classiques, mais également des espèces moins connues, originaires de pays lointains au climat semblable au nôtre. Certaines variétés sont un peu expérimentales quant à leur adaptabilité, mais répondront peut-être bien aux variations climatiques auxquelles nous assistons. En voici la liste :

EspèceVariétéNombre
Akébie (Vigne chocolat)Mâle pollinisateur1

Silverbells1
AmélanchierSmoky1

Thiessen1

Honeywood1

Krasnojarskaya1
AroniaNero1

Viking1

Galicjanka1
Asiminier ou PawpawPrima 12161

Early Bird1

Franc1

Summer Delight1
Azérollier (aubépine fruitière)Schraderiana1

Crataegus prunifolia1
CamérisierAurora1

Boréal Blizzard1

Jugana1

Honey Bee1
Citronnier épineuxCitronnier épineux1
CassisConan1

Ben1

Titania1

Bona1

Josta1
Cerisier HTBigarreau Burlat1

Bigarreau Hedelfinger1

Griottier1

Schneider’s2
Cerisier BTBigarreau Hedelfinger1

Bigarreau Napoléon1

Regina1

Bigarreau Van1

Castor1
Chataîgnierde Lyon2
CognassierAyva1

Cido nain1
CormierRobust1
Cornouiller mâleSwietlajczok1
Epicéa
1
FiguierRonde de Bordeaux (RDB)1

Michurin1

Brunswick1
FramboisierHéritage2
Framboise-fraise
1
GojiBig Lifeberry2

Sweet amber2

Jagodi1
Goumi du JaponElaeagnus multiflora1
GrenadierFranc1
GroseillerHinnonmaki jaune1
Jujubier1
KiwaïDr. Szymanowski1

Chang Bai giant1

Weima (mâle)1

Ken’s red1

Weiki F1

Kokuwa1

Issaï1
KiwiTomuri (mâle)1

Green light1

Hayward1

Hayward Clone 81
MûrierLavandel1

Wellington1

Pakistan1
Mûrier nainGirardi1
Myrtillier arbustif (américaine)Duke1

Polaris1

North Blue1

Patriot1
Nashi (pomme-poire)Naju1

Kosui1
NéflierCommun4
NoyerJuglans Regia1

Commun2
PlaqueminierMikatami Gosho1

Fuyu Giant1

Nikitskaya1
Poirier HTConférence1

Beurré Hardy1

St-Remy1

Beurré Alexandre Lucas1

Précoce Hénin1

Beurée d’Hardenpont1

Joséphine de Malines1
Poirier BTConférence2

St-Remy1

Louise Bonne d’Avranches1

Beurré Hardy1

Comtesse de Paris1
Pommier HTReine de reinette1

Belle-Fleur rouge1

Belle-Fleur large mouche1

Belle de Boskoop1

Président van Dievout1

Edite1

Sabot d’Ejsden1

Gueule de mouton1

Président Roulin1

Ligita1
Pommier BTRadoux1

Edite1

Ligita1

La paix1

Reinette étoilée1

Franc/Sauvage26
Prunier HTAbesse de Mouland1

Reine-Claude conducta1

Reine-Claude d’Oullins1

Monsieur Hâtif1

Altesse double1

Prune des Princes1

Prune de Kin2
Prunier BTBelle de Thuin1

Reine-Claude Graf Althans1

Reine-Claude crottée1

Mirabelle de Nancy1

Wignon1
RobinierFaux-acacia1
RonceLoch Ness1

Navaho1

Boysenberry1

Youngberry1

Bristol1
Schizandra chinensisSadowa n°11
Stauntonia hexaphylla Stauntonia hexaphylla 1
VigneRaisin de table12



TOTAL
175